Il faisait très beau ce jour- là. Le soleil brillait. Attablée à la terrasse de mon café préféré, je l’attendais.

Il y avait du monde, certains lisaient tandis que d’autres se relaxaient ou trinquaient entre amis.

Je dois vous avouer que j’avais le trac et entre nous rien de très glorieux d’avoir fait connaissance sur une célèbre application nommée Tinder.  Cela faisait 10 minutes que j’attendais mais j’étais arrivée 30 minutes en avance. Vous me comprenez sans doute : je voulais simplement me détendre et de prendre mes aises.

J’ai vu un homme arriver. Était-ce lui ? Oui parce que sur Tinder on parle, on s’échange mille messages mais on obtient pas forcément de réponse à la question fatidique : à quoi ressemble t-il ? Je n’avais qu’un très petit aperçu sur sa photo de profil. Quant à moi : Bravo aucune photo à proposer. Je ne suis pas fan des réseaux sociaux, je ne m’y étale pas.

Cet homme, oui, c’ était bien lui, était assez grand, brun et… avait un bouquet de fleurs à la main. il avait l’air galant, c’est un bon point car il semblerait que de nos jours la galanterie se perde. Je  lui ai fait signe de venir s’installer à ma table car il avait l’air un peu perdu.  Ah ces hommes !

Il m’a demandé confirmation de mon prénom avant de s’asseoir. Il portait des lunettes, rasé de près, bien élevé, il avait l’air sympa. Il m’a ensuite tendu son petit bouquet. Je souriais en le remerciant vivement. Au début, c’était un peu bizarre. Évidemment, nous devions faire connaissance.

D’un coup il m’a dit: tu veux boire quoi ?

J’ai répondu : un ice tea ! Je venais de prendre un café. Lui allait prendre un coca. Alléluia il n’est pas alcoolique c’est cool. Un serveur, sourire aux lèvres, est passé prendre notre commande.

Il savait que j’aimais lire suite à nos multiples échanges et m’a demandé ce que je lisais en ce moment. Je lui ai répondu puis retourné la question. Il m’a fallu peu de temps pour comprendre que ce garçon avait une infinie culture littéraire et cinématographique. J’avais visiblement appuyé sur le bouton. Il  ne tarissait pas d’éloges sur les derniers films ou livres qu’il avait lu ou vu. Il les commentait à la perfection. On s’y croyait. Ce n’était pas pour me déplaire. C’était agréable d’échanger avec un connaisseur.

Luc, c’était son nom, me paraissait très sympathique. Néanmoins, il y avait quand même un souci Voilà, Il ne m’attirait pas du tout physiquement. Au fond de moi, j’ai bien vite senti qu’il serait un ami mais pas un amoureux.

Ce n’était pas vraiment un problème. Suis-je vraiment prête pour une relation amoureuse sérieuse ? Je ne crois pas. Pis, comme on dit il vaut mieux une bonne amitié qu’un mauvais couple. En plus j’avais déjà donné il y a cinq ans.

Ce n’était pas l’amour fou ni la passion. Cependant, je ressentais un truc particulier. C’était totalement indescriptible.

Il me parlait de sa famille et me racontait d’où il venait. Au fil de la conversation, il s’était mis à parler de chevaux. Ah nous y voilà ! Etait-ce une technique de drague ?   Il savait que j’aimais les équidés. Non ! Je le sentais sincère.

Soudain la question tant redoutée arriva: je fus bien embarrassée.

Ha ! Ha ! Il voulait connaître la raison pour laquelle je m’étais inscrite sur Tinder et ce que je recherchais sur ce site.

C’était pile le moment où nos consommations avaient choisi d’arriver.  J’étais contente : je commençais à avoir soif. J’ai juste lâché un merci ! Ouf, cela me laissait un instant de réflexion … très rapide,  juste 1 minute en fait.

J’ai pris une inspiration et lui ai répondu que je cherchais surtout à faire connaissance avec lui et à partager des loisirs. Je ne mentais pas, ce n’était pas une excuse mais la vérité. Je lui ai retourné la question. Suite à sa réponse,je me suis sentie encore plus mal à l’aise. Je feignais de ne rien montrer devant lui. C’est bizarre un homme qui ne cherche pas juste un plan cul. C’est un OVNI.

Sa sincérité, sa galanterie et son honnêteté m’avaient néanmoins touchée. Je décidai de ne pas le condamner, de lui laisser une chance.

Aussi, quand il m’a posé la question fatidique (la 2eme n’est-ce-pas ?), quand il m’a demandé si j’étais d’accord pour qu’on se revoit je lui ai dit oui.      

J’ai donc revu Luc au cinéma, au théâtre ou encore dans une librairie. Nous retournions de temps à autre dans ce café pour prendre un verre, partager une pizza ou encore aller tuer quelques monstres sur sa console de jeux.

Il est en quelque sorte mon  compagnon  intellectuel.   Je suis heureuse de l’avoir rencontré. Il est non seulement cultivé mais également simple et sympathique.

Ah autre chose, nous n’échangions plus sur Tinder mais par sms. C’est quand même plus pratique……..

 

 

Verre

 

What do you want to do ?
New mail