Je me souviens de ces noëls merveilleux : j’étais choyée et aimée par mes parents. Noël était alors une fête pour moi. J’aimais tellement cela.

L’achat du sapin de noël me réjouissait. Je le décorais, ce qui me plaisait beaucoup. Je m’interrogeais sur les couleurs des guirlandes et des boules qui garniraient MON sapin. Il ne fallait surtout pas oublier la guirlande électrique qui scintillerait de mille feux à la tombée de la nuit.

Quand j’étais petite, nous décorions même la maison et les meubles. C’était gai :’était mon petit cocon à moi.

Le jour du réveillon, nous mangions parfois un peu tard mais j’étais avec mes DEUX parents. Nous étions réunis. Je finissais souvent le repas allongée sur le canapé devant la télévision. Je pouvais aussi manger ma bûche de noël assise sur le fauteuil devant les dessins animés.  Le sommeil m’emportait peu à peu. Papa et maman me conseillaient alors de rejoindre mon lit. Ils me disaient que si je restais éveillée, le père noël ne passerait pas.

Je me souviens de cette joie incommensurable avec laquelle j’attendais le matin de noël. Gâtée, oh oui je l’étais. C’était magique.

Mon cœur était rempli d’allégresse. Je trépignais d’impatience à l’idée d’ouvrir mes cadeaux.

J’attendais d’être sûre que tout le monde soit levé pour me précipiter dans le salon. Je sortais timidement de ma chambre afin de découvrir, émerveillée, mes paquets sous l’arbre de noël.

C’était comme un rituel. Je ne déballais jamais aucun présent seule. Ainsi je pouvais partager ma joie avec ma famille. J’aimais prendre mon temps afin de savourer au maximum cet instant.

ILS étaient à mes côtés et prenaient des photos. Notre chat était de la partie. Il avait l’air heureux de jouer avec les ficelles. Il s’amusait parfois avec les branches du sapin. Quel bonheur de l’observer !

J’aimais passer des journées entières à tester ou monter les jouets que j’avais reçu le matin. je me souviens avoir reçu un circuit automobile. Oui j’étais un garçon manqué, je n’y peux rien. C’était vraiment chouette. Avant de jouer avec ce circuit, nous nous amusions déjà en le montant. Ce n’était pas une mince affaire mais nous avions finalement réussi.

Je ne peux pas non plus oublier les livres, jeux de société, CD ou DVD. Je me rappellerai toujours de ce garage miniature !

Après un bon repas, nous jouions tout l’après-midi ensemble avec ces nouveaux jouets merveilleux.

A l’époque, pas de tablette ni d’ordinateur. Nous étions capables de nous contenter de choses simples.

Une chose est sûre : ces noël là resteront à jamais gravés dans mon cœur.  

 

noel Marina