Bonjour Monsieur l'Agent,

Je viens vers vous afin de porter plainte. Figurez-vous qu'il m'est arrivé une chose terrible cette nuit ! C'est horrible...ils m'ont tout pris.

Le fonctionnaire de police prit un air grave et invita la vieille dame à s'asseoir en face de lui. Il lui dit qu'il allait prendre sa déposition et qu'il allait lui poser quelques questions. Après des questions d'ordre purement formelles et administratives, telles que son état civil ou son adresse, il lui demanda de relater les faits de façon précise. Il lui laissa alors la parole.

Alors que je dormais profondément, j’ai été réveillée par un bruit. Un bruit bizarre et surtout inhabituel. C'est si calme ici d'habitude…… Je suis encore sous le choc !

Un éclat de verre m’a fait tressaillir la nuit dernière. Je n'ai pas bougé. Ma chambre est située au bout du couloir. Ainsi, je donne face au jardin à l'arrière. Vous comprenez c'est plus calme que côté rue. J’ai décidé d'attendre que ça se passe. J’étais néanmoins pétrifiée, blottie au fond de mon lit.

Lorsqu’ils ont déplacé mes meubles, j’ai tout compris. Il devait être environ 0h30. J'ai entendu des pas. On fouillait et on ouvrait des tiroirs, MES tiroirs. C'était très clair : quelqu'un me cambriolait. Que cherchaient t-ils ? J’ai pris mon courage à deux mains et suis sortie de ma chambre. J'avais peur, il avaient peut-être une arme ? Est ce qu'il voulaient me tuer ? Étaient -ils juste intéressés par mon argent ou mes bijoux ? Que cherchaient t-ils ? A ce moment là, toutes mes questions demeuraient sans réponse.

J'ai ouvert ma porte tout doucement, avec beaucoup de précaution. Je souhaitais rester discrète. D'après les bruits, la ou les personne(s) se trouvaient au salon, à l'autre bout de la maison.

Je me suis approchée, pas à pas, la peur au ventre. Mon cœur battait très fort Monsieur l'Agent.

Je l’ai vu. C'était un homme, de taille moyenne, la trentaine environ je dirais. Il était cagoulé. Je n'ai pas pu voir son visage. Au début trop occupé à chercher on ne sait quoi, il ne m’a pas vue. Puis, d'un seul coup il s'est retourné en me fixant. J'ai eu tellement peur. il m’a ordonné de ne pas bouger. Si je faisais un pas de plus il était armé et n'hésiterait pas. Eh oui, il braquait son flingue sur moi. Je crois que j'ai eu la peur de ma vie. C'était horrible ,vraiment horrible !

J'ai vite compris que je devais le laisser faire. Sinon, il n'allait pas hésiter à tirer ou du moins à me frapper. Pourtant, à première vue il n'avait pas l'air si méchant. J'ai eu l'impression qu'il voulait s'emparer de tout ce qu'il pouvait trouver : argent, bijoux ou toute autre objet de valeur. Au moins, c'était purement matériel. Il ne voulait pas ma peau mais toute la pièce était sans dessus -dessous. Il avait tout retourné. Il avait un grand sac à dos déjà bien rempli.

Quelques minutes plus tard, il a préféré prendre la fuite. Il a couru si vite que je suis restée bouche bée, clouée sur place. Il a dû estimer que son butin était suffisant. Vu son jeune âge, Je crois surtout qu'il a eu peur que j'appelle la police. Pourquoi moi ? Pourquoi ? Je ne le saurai sans doute jamais.

Il m'a volé mon argent. Il n'a pas omis mes bijoux les plus précieux ah le saligaud ! Ces bijoux étaient ceux de ma mère et j'y tenais énormément. L'argent, bah… ce n'est pas le plus grave mon cher monsieur.

Je viens donc porter plainte pour le vol de mes bijoux de famille et pour l’argent bien sûr. Heureusement, je n'avais que 300 euros dans mon tiroir. c'est inadmissible ! Je souhaite porter plainte pour les dommages moral et matériel car il a cassé la vitre de mon salon. J’espère obtenir des dommages et intérêts pour ce que j'ai subi. Dieu merci, il m'a laissé la vie sauve mais…. il m'a fallu du temps pour reprendre mes esprits ce matin et avoir le courage de venir vous voir.

Voilà toute l'histoire Monsieur l'Agent.

Voleur